الصفحة الرئيسية

Radars citoyens

  Mohammed Bakrim

 Les citoyens sont invités à un instaurer partout des structures de suivi de l’action du candidat ou de la liste élue. Instaurer des radars citoyens qui suivent le travail des députés durant tout leur mandat

Un bon parlement est en partie tributaire des prérogatives que lui reconnaît la loi fondamentale du  pays. Entre le parlement conçu par la constitution octroyée de 1970 et le parlement issu de la constitution de 2011 marquée par le mouvement social et un nouvel environnement international, il n’y a pas photo. Un pas important a été franchi sur la voie d’une démocratie représentative authentique. Le chemin est ainsi tracé. Même s’il s’agit plutôt d’un long cheminement.

 Des textes règlementaires viennent, en outre, traduire ses prérogatives en un dispositif opérationnel à deux niveaux principalement : le vote des lois et le contrôle de l’exécutif. A ce niveau aussi des avancées ont été réalisées.

Mais cela n’est pas suffisant, on peut avoir la meilleure constitution du monde, les lois organiques les plus pertinentes sans que cela aboutisse à un bon parlement ni à une vie démocratique saine et efficace pour le progrès social. Il y a un élément essentiel qui ne relève ni des lois ni des textes, il est d’ordre culturel sinon anthropologique. Il y a en effet un facteur non institutionnel qui relève de la psychologie sociale, de la culture politique dominante dans un système donné qui détermine la qualité de ses institutions. Le rôle des élites, le niveau de leur engagement et de leur maturité politique est dans ce sens crucial pour caractériser une vie parlementaire. Cela n’a rien à voir avec le niveau d’instruction ou des diplômes engrangés par tel ou telle député (e). Il est même triste de constater que cet argument académique pour ne pas dire de classe, a été brandi par une dirigeante de la gauche alors même que les pires politiques menées sous la houlette de l’idéologie libérale et qui ont été désastreuses pour le pays, ont été le fruit de managers lauréats de grandes écoles, bradés de diplômes les plus prestigieux… Non, un bon député ne se reconnaît pas  à son cursus scolaire ou à son ascendance  sociale.

Un bon parlement pour résumer ce sont des prérogatives réelles et évolutives et surtout des élus animés par le souci du devoir civique. La question est pertinente au moment où nous sommes appelés à renouveler le parlement : le 8 septembre va-t-on reconduire le même représentant ou allons-nous précéder à un vote sanction ? Il y a toute une inflation de discours qui parasite la bonne perception de cet acte essentiel de la vie démocratique. Le  8 septembre, il s’agit en effet d’un vote politique ; et beaucoup de démagogues veulent noyer leur incompétence en faisant de la surenchère et en focalisant le débat sur des questions de morale ou de valeurs ou sur la personnalité de telle ou telle figure gouvernementale.  Or, il s’agit d’abord pour chaque électeur d’interroger le bilan  du député sortant de sa circonscription. Ou plus exactement de la liste sortante puisque le scrutin proportionnel se fait par liste.

Sans verser dans l’idéologie de l’évaluation qui fait des ravages dans la culture managériale, le combat pour un système démocratique performant passe également par une forte implication des citoyens dans le contrôle de l’activité des parlementaires. Il ne faut plus ramener l’acte démocratique à la seule alternative : un vote mécanique, par routine ou une abstention par dépit. Les citoyens sont invités à un instaurer partout des structures de suivi de l’action du candidat ou de la liste élue. Instaurer des radars citoyens qui suivent le travail des députés durant tout leur mandat. L’évaluation ne se réduisant plus au jour du vote mais se fait en fonction d’une grille avec des critères explicites et objectifs. Un radar citoyen qui prend en compte l’action du député au sein du parlement : sa présence, le nombre et la qualité de ses interventions ; les fonctions assumées au sein de la chambre ou au sein de sn groupe…et aussi en dehors des murs du parlement : a –t-il ouvert une antenne de contact avec ses électeurs ; a-t-il engagé un dialogue avec  les électeurs, les experts et les acteurs du terrain…bref le mettre sous le regard de l’opinion publique.

اترك رد

هذا الموقع يستخدم Akismet للحدّ من التعليقات المزعجة والغير مرغوبة. تعرّف على كيفية معالجة بيانات تعليقك.