الصفحة الرئيسية

l’adoption des Conventions de GenèveSaâd Eddine El Othmani : Se conformer au droit international humanitaire, un devoir constitutionnel pour le Maroc

Pour le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, se conformer au droit international humanitaire constitue un devoir constitutionnel que l’ensemble des institutions de l’État œuvre à honorer. Dans son allocution, hier à Rabat, à l’occasion d’une Conférence internationale sur le thème «70 ans après l’adoption des Conventions de Genève : les défis de la protection humanitaire», le Chef de l’Exécutif a rappelé les avancées réalisées par le Maroc en la matière.

Le Maroc s’est toujours engagé à poursuivre ses efforts pour parachever son adhésion au système du droit international humanitaire. Un engagement qui s’est confirmé, sur les plans législatif et pratique, sous le règne de S.M. le Roi Mohammed VI. C’est ce qu’a assuré, hier à Rabat, le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani. Intervenant lors d’une conférence internationale sous le thème «70 ans après l’adoption des Conventions de Genève : les défis de la protection humanitaire», le Chef de l’Exécutif a assuré que le fait de «se conformer au droit international humanitaire constitue un devoir constitutionnel que l’ensemble des institutions de l’État œuvre à honorer».
Dans son intervention, M. El Othmani a assuré que le Royaume veillait constamment à s’engager dans le système du droit international humanitaire. Dans ce sens, le responsable gouvernemental a rappelé que le Royaume avait adhéré, dès l’indépendance, aux quatre conventions de Genève, ainsi qu’aux autres instruments fondamentaux, ajoutant que ce processus a été couronné par la création du Croissant-Rouge marocain. Le Maroc a été, d’ailleurs, parmi les premiers pays à instaurer une Commission nationale du droit international humanitaire en 2008, chargée de diffuser cette culture et de présenter des avis au gouvernement concernant les sujets pertinents, a-t-il souligné.
Ouvrant les travaux de cette conférence, la présidente de la Commission nationale du droit international humanitaire, Farida El Khamlichi, a rappelé de son côté que sept décennies s’étaient écoulées depuis la signature des quatre conventions de Genève formant le noyau dur du droit international humanitaire. Dans ce sens, la présidente de cette commission, créée en 2008 en tant qu’instance consultative auprès du Chef du gouvernement, chargée de proposer toute mesure ou action de nature à développer et enraciner l’intérêt pour le droit international humanitaire, a affirmé qu’à travers l’organisation de cette conférence internationale, la Commission a pour objectif de réfléchir sur la réalité du droit international humanitaire, les perspectives de son développement et le renforcement de l’application de ses règles.
Revenant sur les missions de sa commission, la présidente de la CNDIH a affirmé qu’outre la mission de promotion et de diffusion du droit international humanitaire, la commission vise à suivre l’application des conventions internationales du droit international humanitaire ratifiées par le Royaume, ainsi que l’harmonisation de la législation nationale avec ces conventions. À cet effet, la Commission a réussi à établir d’excellentes relations de coopération avec plusieurs organisations de droit international humanitaire, principalement le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a souligné sa présidente.
De son côté, la chef de la délégation du CICR au Maroc, Rania Machlab, s’est félicitée de la tenue de cette conférence internationale sur le sol marocain, «l’un des pays contribuant le plus à la promotion d’une culture de paix dans le monde». «L’humanité est menacée dans plusieurs régions de la planète, à cause des conflits politiques et armés», a-t-elle déploré, affirmant que cela ne découragera d’aucune façon le CICR dans la poursuite de ses efforts pour l’instauration de la paix dans le monde.
Initiée par la Commission nationale du droit international humanitaire, en collaboration avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), cette conférence porte sur l’impact des Conventions de Genève en tant que pilier fondamental du droit international humanitaire et pierre angulaire de la protection de l’Homme contre les drames des guerres. Cette rencontre a également pour objectif de mettre en avant l’importance historique et symbolique des conventions de Genève et d’échanger autour du développement des mécanismes juridiques, institutionnels et organisationnels se rapportant au respect des dispositions de ces conventions aux niveaux diplomatique et onusien. 

اترك رد

هذا الموقع يستخدم Akismet للحدّ من التعليقات المزعجة والغير مرغوبة. تعرّف على كيفية معالجة بيانات تعليقك.