الصفحة الرئيسية

A vrai dire: L’exécution de la résolution onusienne

Saoudi El Amalki

Conformément à la résolution des Nations Unis n* 2602, du 29 octobre 2021, l’envoyé spécial italo-suédois du Conseil de Sécurité, Staffan De Mistura, effectue à présent, une tournée de pourparlers avec les responsables des pays concernés par le dossier du Sahara.

Après avoir rencontré le diplomate marocain, Nasser Bourita, l’émissaire onusien se rendra en Algérie, en tant que partie essentielle du différend artificiel de plus de quarante ans. Au cours de cette première escale à Rabat de la visite de l’ancien membre de l’Exécutif italien, la délégation marocaine a mis en exergue les positions du Royaume, fondées sur une solution afférente à l’initiative de l’autonomie sous la souveraineté marocaine.

Et ce, sous l’égide exclusive des Nations Unies et en présence des quatre parties intéressées par le processus de négociation. Il importe de souligner que cette visite survient à un contexte plutôt favorable à la thèse nationale, compte tenu de l’appui solennel dont elle jouit, à travers la planète, notamment la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur son Sahara et la récente position de l’Etat allemand, fort acquise à sa justesse.

De même, ces échanges sont, en fait, délimités par les conclusions du Conseil de Sécurité, approuvées par la quasi-totalité de ses membres, hormis les abstentions de la Russie et de l’insolite Tunisie. Cette décision repose sur la position claire et franche selon laquelle le Souverain avait mis l’accent, lors du discours de la marche verte, sur le fait que « le Maroc ne négocie nullement son Sahara et la marocanité de celui-ci n’est pas et ne sera jamais objet de négociation, car le Maroc prend part aux négociations exclusivement pour trouver une solution pacifique au conflit artificiel ! ».

Sur ce, il va sans dire que cette rencontre avec le délégué personnel du Secrétaire Général des Nations Unies n’est, en fin de compte qu’une focalisation accentuée sur la position nette du Maroc, soutenant les efforts onusiens qui mettent la solution de l’autonomie au cœur de ces résolutions depuis 2007.

Il convient de rappeler que cette table ronde s’est déroulée en la présence effective de l’ambassadeur, représentant permanent du Royaume du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale, un expert de renom qui, à maintes reprises, il mettait en échec toutes les manœuvres fallacieuses de la junte d’Alger et son guignol polisarien. A cet égard, il est à relever que la suggestion marocaine ne cesse de se fortifier par des facteurs sur le terrain, de plus en plus avantageux pour notre thèse.

En fait, il ne fait aucun doute que le régime de l’Algérie vit actuellement des échauffourées militarisées intestines et des crises internes funestes, menant à l’effilochage de l’horizon des séparatistes. Face à ce chaos désastreux, il n’y a pas d’autre issue que la proposition de l’autonomie pouvant régulariser des machinations fomentées de toutes pièces par les détracteurs de notre pays, depuis plus de quatre décennies sur la région.

اترك رد

هذا الموقع يستخدم Akismet للحدّ من التعليقات المزعجة والغير مرغوبة. تعرّف على كيفية معالجة بيانات تعليقك.